FM23

Parallelseminar 10
Les infirmières débutantes et la mort: une expérience faite de révélations et de questionnements 

P. Roos (Delémont)


Hintergrund

La mort dans la société occidentale est aujourd’hui taboue et les infirmières découvrent douloureusement les coulisses de cette vérité interdite à travers l’exercice de la profession. L’expérience professionnelle et l’âge des infirmières sembleraient atténuer le rapport qu’elles entretiennent avec la mort. Les jeunes diplômés évitent les milieux de soins où la mort s’invite régulièrement à cause de l’image négative que leur renvoient ces secteurs de soins.

Ziel

Découvrir l'expérience vécue de l'infirmière débutante qui rencontre le mourir et la mort dans sa pratique soignante.  

Methode

Nous avons conduit une sociologie phénoménologique en acceptant que toute réalité se déploie à partir de structures de sens qui s’insèrent dans une société donnée. Le matériel a été collecté auprès d’infirmières débutantes (N=16) issues de divers milieux et traité par une analyse thématique.

Resultate

Les répondantes vivent une expérience qui se déploie en deux dimensions. 1) Une expérience vécue sous la forme de révélation. Elle mobilise divers sens (vue, ouïe, toucher, odorat). Aborder le mourir et la mort, c’est faire une découverte qui choque par l’écoute des râles agoniques du mourant. Rencontrer l’indicible, c’est également vivre une proximité qui dégoûte par les odeurs corporelles du condamné. Les participantes ont vécu aussi l’étrangeté de la mort qui emporte avec elle le vivant de la personne pour y laisser son corps. Les répondantes ont expérimenté l’épouvante liée à l’idée d’apercevoir un cadavre. 2) Des questionnements autour du manque et des capacités à bien agir. Les soignantes se sont senties seules au moment d’aborder la mort; elles se sont culpabilisées en s’imaginant avoir manqué quelque chose lors des décès accidentels; elles se sont rebellées contre le comportement de leurs pairs qui manquaient de respect envers un corps sans vie. Les soignantes ont rencontré aussi un scepticisme désarmant dans leur manière d’évaluer un décès et elles ont aussi été traversées par des sentiments d’impuissance et de frustration consécutifs à la puissance de la médecine. Elles ont marqué une satisfaction quand leur rôle social a été correctement rempli.

Schlussfolgerung

Les recommandations pour la formation celles de rendre familiers le mourir et la mort en comprenant les processus physiologiques de l’agonie. Les soignantes ont exprimé aussi des besoins comme promouvoir l’échange avec l’équipe interdisciplinaire, connaître les dernières volontés du mourant et comprendre la phase palliative.

 

    	
    		Array
(
    [id] => 22
    [abstract_id] => 100
    [session_id] => 10
    [pres_nbr] => FM23
    [updated] => 
    [created] => 0000-00-00 00:00:00
    [abstract] => Array
        (
            [id] => 100
            [user_id] => 74
            [contact_id] => 87
            [knr] => 833a977a
            [titel] => Les infirmières débutantes et la mort: une expérience faite de révélations et de questionnements 

            [hintergrund] => 

La mort dans la société occidentale est aujourd’hui taboue et les infirmières découvrent douloureusement les coulisses de cette vérité interdite à travers l’exercice de la profession. L’expérience professionnelle et l’âge des infirmières sembleraient atténuer le rapport qu’elles entretiennent avec la mort. Les jeunes diplômés évitent les milieux de soins où la mort s’invite régulièrement à cause de l’image négative que leur renvoient ces secteurs de soins.

[ziel] =>

Découvrir l'expérience vécue de l'infirmière débutante qui rencontre le mourir et la mort dans sa pratique soignante.  

[methode] =>

Nous avons conduit une sociologie phénoménologique en acceptant que toute réalité se déploie à partir de structures de sens qui s’insèrent dans une société donnée. Le matériel a été collecté auprès d’infirmières débutantes (N=16) issues de divers milieux et traité par une analyse thématique.

[resultate] =>

Les répondantes vivent une expérience qui se déploie en deux dimensions. 1) Une expérience vécue sous la forme de révélation. Elle mobilise divers sens (vue, ouïe, toucher, odorat). Aborder le mourir et la mort, c’est faire une découverte qui choque par l’écoute des râles agoniques du mourant. Rencontrer l’indicible, c’est également vivre une proximité qui dégoûte par les odeurs corporelles du condamné. Les participantes ont vécu aussi l’étrangeté de la mort qui emporte avec elle le vivant de la personne pour y laisser son corps. Les répondantes ont expérimenté l’épouvante liée à l’idée d’apercevoir un cadavre. 2) Des questionnements autour du manque et des capacités à bien agir. Les soignantes se sont senties seules au moment d’aborder la mort; elles se sont culpabilisées en s’imaginant avoir manqué quelque chose lors des décès accidentels; elles se sont rebellées contre le comportement de leurs pairs qui manquaient de respect envers un corps sans vie. Les soignantes ont rencontré aussi un scepticisme désarmant dans leur manière d’évaluer un décès et elles ont aussi été traversées par des sentiments d’impuissance et de frustration consécutifs à la puissance de la médecine. Elles ont marqué une satisfaction quand leur rôle social a été correctement rempli.

[diskussion] => [schlussfolgerung] =>

Les recommandations pour la formation celles de rendre familiers le mourir et la mort en comprenant les processus physiologiques de l’agonie. Les soignantes ont exprimé aussi des besoins comme promouvoir l’échange avec l’équipe interdisciplinaire, connaître les dernières volontés du mourant et comprendre la phase palliative.

 

[pres_form] => oc [category] => care-care [contact_complete] => 1 [authors_complete] => 1 [abstract_complete] => 1 [images_complete] => 1 [confirmation_complete] => 1 [updated] => [created] => 2018-05-25 15:00:46 [sprache] => fr [contact] => stdClass Object ( [id] => 87 [user_id] => 74 [anrede] => 2 [akad_titel] => 1 [vorname] => Pauline [name] => Roos [institution] => Haute Ecole Arc Santé, Delémont/Neuchâtel, Suisse [department] => [adresse] => Rue de la Mandchourie 11 [plz] => 2800 [ort] => Delémont [land] => CH [email] => pauline.laporte@he-arc.ch [telefon] => 0794715144 [lang] => [updated] => [created] => 0000-00-00 00:00:00 ) [authors] => Array ( [0] => stdClass Object ( [id] => 209 [abstract_id] => 100 [vorname] => Pauline [name] => Roos [ort] => Delémont [land] => CH [sort] => 1 [is_presenting_author] => yes [updated] => [created] => 0000-00-00 00:00:00 ) ) [files] => Array ( ) [main_author] => stdClass Object ( [id] => 209 [abstract_id] => 100 [vorname] => Pauline [name] => Roos [ort] => Delémont [land] => CH [sort] => 1 [is_presenting_author] => yes [updated] => [created] => 0000-00-00 00:00:00 ) [formatted_contact] =>
Pauline Roos
CH-2800 Delémont
pauline.laporte@he-arc.ch ) [session] => stdClass Object ( [id] => 10 [name] => Parallelseminar 10 [date] => 2018-11-15 [start] => 13:15:00 [end] => 14:15:00 [abbr] => FM [updated] => [created] => 0000-00-00 00:00:00 [name_fr] => Séminaire parallèle 10 ) [formatted_authors] => P. Roos (Delémont) [detail_url] => https://de.palliative-kongresse.ch/2018/abstracts/presentation/22 ) de