FM01

Parallelseminar 1
Anticoagulation en fin de vie : analyse d’une pratique locale

P. Vayne-Bossert1, T. Todorovic1, G. Zulian1 (1Collonge-Bellerive)


Hintergrund

L’anticoagulation (AC) prophylactique en fin de vie est controversée. D’une part on sait que les thromboses veineuses profondes (TVP) chez des patients avec des facteurs de risque, tels que le cancer métastatique, l'immobilisation prolongée et les maladies aiguës, sont très fréquentes et peuvent provoquer des symptômes gênants. D’autre part, on aimerait épargner le patient de traitements futiles en fin de vie. Or, le but principal des soins palliatifs est le soulagement des symptômes et on hésite donc à continuer un tel traitement à but prophylactique dont on ne sait pas s’il est efficace. Pour l’instant, la décision de continuer ou pas l’AC reste une décision médicale sans pouvoir se baser sur des données scientifiques.

Ziel

Le but de cette étude est l’analyse de notre pratique locale, la présence de symptômes typiques de TVP et le recensement des complications potentielles (hémorragies) en lien avec l’AC.

Methode

Analyse rétrospective de 100 dossiers de patients décédés dans une unité de médecine palliative à partir du 01.01.2016. Ont été relevé les données par rapport à : l’AC ; les symptômes (douleurs, rougeur, érythème ou œdème des membres inférieurs, dyspnée, hémoptysie, saignements). Statistiques descriptives et Fisher exact test pour la corrélation entre AC et saignements ou symptômes.

Resultate

L’âge moyen était de 76 ans (+/- 11) ; homme/femme (50/50) ; 83% avec cancer (digestif 35%, poumon 22%, autres 28%); 27% avec antécédents et 22% avec TVP récente. Durée du séjour moyen : 17.35 jours (+/- 18.3).

A l’admission, 37 patients avaient une AC. Elle a été interrompue par la suite chez 27 pour des raisons de saignements (8), être en toute fin de vie (7), autres raisons (4) et sans raisons (8). Introduction d’AC prophylactique chez 7 patients, dont 6 pour suspicion clinique de TVP et d’AC thérapeutique chez un patient avec TVP confirmée. L’AC était stoppée en moyenne 7.67 jours avant le décès. 15 patients recevaient de l’AC dans les 24h avant le décès. 9 saignements on été observés et 3 suspectés. Il n’y avait pas de corrélation entre l’AC jusqu’au décès et la présence de saignements (p=0.204).

Schlussfolgerung

La décision de poursuivre l’AC chez nous est basée sur les connaissances et croyances du médecin, son arrêt est souvent en lien avec des saignements et la fin de vie imminente. Toutefois, chez les patients sous AC jusqu’au décès on n’observe pas plus de saignements. Des lignes directrices plus précises, voire des études prouvant l’efficacité d'une AC en termes de contrôle des symptômes en fin de vie sont nécessaires.

    	
    		Array
(
    [id] => 3
    [abstract_id] => 118
    [session_id] => 1
    [pres_nbr] => FM01
    [updated] => 
    [created] => 0000-00-00 00:00:00
    [abstract] => Array
        (
            [id] => 118
            [user_id] => 87
            [contact_id] => 106
            [knr] => fde85f77
            [titel] => Anticoagulation en fin de vie : analyse d’une pratique locale

            [hintergrund] => 

L’anticoagulation (AC) prophylactique en fin de vie est controversée. D’une part on sait que les thromboses veineuses profondes (TVP) chez des patients avec des facteurs de risque, tels que le cancer métastatique, l'immobilisation prolongée et les maladies aiguës, sont très fréquentes et peuvent provoquer des symptômes gênants. D’autre part, on aimerait épargner le patient de traitements futiles en fin de vie. Or, le but principal des soins palliatifs est le soulagement des symptômes et on hésite donc à continuer un tel traitement à but prophylactique dont on ne sait pas s’il est efficace. Pour l’instant, la décision de continuer ou pas l’AC reste une décision médicale sans pouvoir se baser sur des données scientifiques.

[ziel] =>

Le but de cette étude est l’analyse de notre pratique locale, la présence de symptômes typiques de TVP et le recensement des complications potentielles (hémorragies) en lien avec l’AC.

[methode] =>

Analyse rétrospective de 100 dossiers de patients décédés dans une unité de médecine palliative à partir du 01.01.2016. Ont été relevé les données par rapport à : l’AC ; les symptômes (douleurs, rougeur, érythème ou œdème des membres inférieurs, dyspnée, hémoptysie, saignements). Statistiques descriptives et Fisher exact test pour la corrélation entre AC et saignements ou symptômes.

[resultate] =>

L’âge moyen était de 76 ans (+/- 11) ; homme/femme (50/50) ; 83% avec cancer (digestif 35%, poumon 22%, autres 28%); 27% avec antécédents et 22% avec TVP récente. Durée du séjour moyen : 17.35 jours (+/- 18.3).

A l’admission, 37 patients avaient une AC. Elle a été interrompue par la suite chez 27 pour des raisons de saignements (8), être en toute fin de vie (7), autres raisons (4) et sans raisons (8). Introduction d’AC prophylactique chez 7 patients, dont 6 pour suspicion clinique de TVP et d’AC thérapeutique chez un patient avec TVP confirmée. L’AC était stoppée en moyenne 7.67 jours avant le décès. 15 patients recevaient de l’AC dans les 24h avant le décès. 9 saignements on été observés et 3 suspectés. Il n’y avait pas de corrélation entre l’AC jusqu’au décès et la présence de saignements (p=0.204).

[diskussion] => [schlussfolgerung] =>

La décision de poursuivre l’AC chez nous est basée sur les connaissances et croyances du médecin, son arrêt est souvent en lien avec des saignements et la fin de vie imminente. Toutefois, chez les patients sous AC jusqu’au décès on n’observe pas plus de saignements. Des lignes directrices plus précises, voire des études prouvant l’efficacité d'une AC en termes de contrôle des symptômes en fin de vie sont nécessaires.

[pres_form] => oc [category] => varia [contact_complete] => 1 [authors_complete] => 1 [abstract_complete] => 1 [images_complete] => 1 [confirmation_complete] => 1 [updated] => [created] => 2018-05-30 10:32:50 [sprache] => fr [contact] => stdClass Object ( [id] => 106 [user_id] => 87 [anrede] => 2 [akad_titel] => 2 [vorname] => Petra [name] => Vayne-Bossert [institution] => Hôpital Universitaire de Genève [department] => Réadaptation et médecine palliative [adresse] => 11 chemin de la Savonnière [plz] => 1245 [ort] => Collonge-Bellerive [land] => CH [email] => petra.vayne-bossert@hcuge.ch [telefon] => 079 553 85 71 [lang] => [updated] => [created] => 0000-00-00 00:00:00 ) [authors] => Array ( [0] => stdClass Object ( [id] => 256 [abstract_id] => 118 [vorname] => Petra [name] => Vayne-Bossert [ort] => Collonge-Bellerive [land] => [sort] => 1 [is_presenting_author] => yes [updated] => [created] => 0000-00-00 00:00:00 ) [1] => stdClass Object ( [id] => 259 [abstract_id] => 118 [vorname] => Tania [name] => Todorovic [ort] => Collonge-Bellerive [land] => [sort] => 2 [is_presenting_author] => [updated] => [created] => 0000-00-00 00:00:00 ) [2] => stdClass Object ( [id] => 258 [abstract_id] => 118 [vorname] => Gilbert [name] => Zulian [ort] => Collonge-Bellerive [land] => [sort] => 3 [is_presenting_author] => [updated] => [created] => 0000-00-00 00:00:00 ) ) [files] => Array ( ) [main_author] => stdClass Object ( [id] => 256 [abstract_id] => 118 [vorname] => Petra [name] => Vayne-Bossert [ort] => Collonge-Bellerive [land] => [sort] => 1 [is_presenting_author] => yes [updated] => [created] => 0000-00-00 00:00:00 ) [formatted_contact] =>
Petra Vayne-Bossert
CH-1245 Collonge-Bellerive
petra.vayne-bossert@hcuge.ch ) [session] => stdClass Object ( [id] => 1 [name] => Parallelseminar 1 [date] => 2018-11-14 [start] => 11:45:00 [end] => 12:45:00 [abbr] => FM [updated] => [created] => 0000-00-00 00:00:00 [name_fr] => Séminaire parallèle 1 ) [formatted_authors] => P. Vayne-Bossert1, T. Todorovic1, G. Zulian1 (1Collonge-Bellerive) [detail_url] => https://de.palliative-kongresse.ch/2018/abstracts/presentation/3 ) de